Le monde de Théah

Vous jouez pour la première fois aux Secrets de la Septième Mer dans cinq minutes ? Vous voulez savoir l’essentiel de ce qu’il faut connaître pour ne pas être complètement perdu face au premier skälde venstenmannavnjar venu ? Skä quoi ? Vestenma qui ?

Tout d’abord Théah est le monde dans lequel vont évoluer les personnages. Le monde créé par Théus, le dieu tout-puissant, a connu par le passé une ancienne république, puis un grand empire sur les ruines duquel se sont formés les royaumes actuels. Théah est basé sur un certain nombre de modèles (d’autres diront des clichés et des stéréotypes) de pays européens des XVIIème et XVIIIème siècles.

Ainsi, l’Avalon ressemble beaucoup à l’Angleterre élizabethaine, rassemblant trois royaumes sous une même couronne : l’Avalon (Angleterre), l’Inismore (Irlande) et les Marches des Highlands (Ecosse). La Castille, pays fortement religieux et empreint de la culture de l’Empire Croissantin, n’est pas sans rappeler la grande Espagne. L’Eisen, pays de forte tradition militaire mais dévasté par trente années de guerre de religions, porte en lui l’esprit de puissance germanique. Qui ne reconnaîtrait pas un certain Roi Soleil sous les traits de Léon Alexandre XIV, empereur de Montaigne, nation féodale s’il en est, berceau des mousquetaires, des intrigues de cour, et du panache héroïque de ses gentilhommes. Ce pays froid qu’est l’Ussura nous ramène aux grandes étendues sauvages et neigeuses de Russie, et les princes et courtisanes de Vodacce nous plongent dans une ambiance vénitienne typique, mêlée à l’héritage de la renaissance italienne. Quant à l’archipel de Vendel, sa population d’origine, les tribus vestenmannavnjar pillaient les nations continentales, tels les vikings que nous connaissont bien. Mais au fil du temps, une frange de ce peuple a décidé de s’orienter vers le commerce à grande échelle, et a formé des Ligues Marchandes, aujourd’hui aussi puissantes que certains souverains, grâce notamment à la monnaie qu’elles répandent partout : le guilder. En marge de ces pays, le Cathay représente l’Extrême-Orient sur Théah, et l’Empire du Croissant de Lune apporte un parfum de Moyen-Orient pour compléter ce joli tableau. Les mers, elles, sont sillonées par les marines royales de différents pays, mais aussi bien sûr, par des pirates redoutables et sanguinaires, prêts à tout pour quelques pièces d’or cachées à fond de cale dans les navires qui ont le malheur de croiser leur route...

Théah, un monde terre à terre ? Pas toujours, puisque la sorcellerie existe, même si elle est réservée à certaines lignées nobles, puisqu’il s’agit d’un héritage sanguin se transmettant de génération en génération au sein de quelques familles. De plus, chaque nation possède sa propre tradition magique. Le Glamour en Avalon fait appel aux esprits légendaires pour attirer leur puissance et leurs talents. En Montaigne, les sorciers Porté sont capables d’ouvrir des portails pour déplacer des objets ou se déplacer eux-mêmes sur de grandes distances. Le Laerdom, l’antique magie Vesten utilise le pouvoir des runes, alors qu’en Ussura, les sorciers Pyeryem sont capables d’invoquer les esprits de la nature pour se transformer en animaux. Enfin, les sorcières de la destinée en Vodacce perçoivent l’aura des êtres vivants, et notamment les filaments qui tissent la trame de leur passé et de leur avenir. On raconte que certaines de ces mages Sorte sont même suffisamment douées pour modifier ou couper ces fils pour influencer les personnes les plus faibles. Les lignées de mages des autres nations ont été anéanties en ne laissant aucun survivant...

Enfin, tout le monde sait que les ombres et les forêts les plus profondes cachent des horreurs et des monstres indicibles. Mais qui peut prétendre avoir survécu à de telles rencontres pour venir en témoigner ?